Lëscht vun alle Virschléi

En nohaltegen Staat deen innerhalb vun sengen ekologesch Grenzen prospéreiert

An Sachen Natur an Liewensbasis – schutz, ass den jetzegen «Art. 11bis. » relatif flou an inkomplett. D’Wichteschkeet vun enger gesonder, produktiver an intakter Emwelt am Emsetzen vun enger Reih Grondrechter (iessen, drenken, wunnen, undoen, gesond bleiwen, Freizeit …) gett net erwähnt. Kloer et kann een sein ganzt Iessen, Wasser, Baumaterial etc. ausserhalb de Grenzen akuafen, mee waat ass daat dann fir eng national Identiteit - an der Ofhängeschkeet fir seng Grondbedürfnisser ? Den Drock vun der rasanter Bevölkerungsentwecklung ob d’Emwelt gett ausgeklammert. Wei soll een d’capacité de renouvellement an Equiliber brengen mat den besoins vun den Leit, wann d’schier Zuehl vun den Leit an den Himmel wiesst – geschwatt gett vun 1 mio Awunner am Joer 2050 - an dei capacité de renouvellement kippt ? D’Emwelt als national Identiteits-stëfter an Zougehörigkeits-förderer (Landschaft, Landwirtschaft, Bëscher, patrimoine, Inspiratioun-source, Rouh-quell, spazeieren, joggen, fëschen, ob d’Jued goen etc. ) gett ignoreiert. Et feehlt eng reference un d’Kapaciteit dei eng gesond an intakt Emwelt huet fir d’Leit ze schützen virum Klimawandel mat ongewëssen Auswirkungen, a fir en Beitrag ze man deen Klimawandel ze minderen. D’Natur brauch de Mensch net fir ze lierwen (am Geigendeel, …), de Mensch brauch d’Natur fir ze lierwen. Dei aktuel Constitutioun seet näicht zum Wert den d’Natur huet duerch a fir sech selwer, onofhängesch dovun waat den Mensch domat mëcht. Hei e puer (Laien-)Virschlei, dei Emweltjuristen kinnten evalueieren, fir en realisteschen, koherenten an juristesch onanfäschtbar Text auszeschaffen an an dei nei Constitutioun obzehuelen : En application des droits fondamentaux à l’alimentation, à l’eau, au logement, à l’habillement, aux soins de santé, à la protection sociale, à la sûreté, au respect de la propriété privé, l’Etat garantit le droit de chaque individu de disposer, en quantité et qualité suffisantes, d’eau, d’air, de sol et d’écosystèmes propres, productifs et sains, afin de lui procurer durablement et de manière équitable (non-discriminatoire) et juste, les biens et services éco-systémiques vitaux que sont la nourriture, l’eau, l’énergie, les matières premières pour construire et se vêtir, la régulation des maladies et du climat … L’Etat protège ses citoyens des conflits pouvant naître de la compétition pour les ressources naturelles vitales. L’Etat garantit l’adéquation entre le nombre de personnes vivant au Luxembourg, les aspirations matérielles de cette population, les solutions techniques durables disponibles et le besoin de conservation de la capacité de renouvellement et d’absorption des déchets de l’environnement du territoire. Le développement économique, social, matériel, démographique du pays est soumis à la capacité de renouvellement et d’absorption de ses ressources naturelles et se fera dans le respect des limites écologiques du territoire. L’Etat reconnaît que la croissance économique perpétuelle et illimitée est impossible car limitée par ce que la nature peut donner et absorber. Il met en oeuvre le développement durable dans une économie circulaire. L’Etat promeut la réhabilitation de l’environnement spolié de sorte à ce que le capital naturel total du territoire reste intact. La vérification de l’impact de chaque action de l’Etat sur le capital environnemental du pays et sur le climat est régit par la Loi. Les politiques, lois et investissements de l’Etat sont adaptés au changement climatique. Le droit à l’accès à l’information environnementale est garantit. La Constitution garantit le droit au paysage naturel et au patrimoine construit. La Constitution reconnaît à l’environnement et aux autres espèces une valeur intrinsèque, qu’ils ont de leur propre chef et qui ne provient pas de l’usage humain qui en est fait.



Annex:


Zréck op d’Lëscht